Mercredi 15 mai à 20h : Justice pour les victimes des pesticides

Conférence avec Arnaud Apotheker scientifique et militant, devenu spécialiste des OGM et Délégué Général de l’ONG Justice pesticides créée à la suite du Tribunal contre Monsanto.

L’objectif de l’association est de permettre au mieux dans le monde entier la défense des personnes victimes de pesticides, quels que soient leur nationalité ou leur statut (voisins, agriculteurs, collectivités locales, scientifiques etc…) afin d’établir une base juridique et scientifique internationale qui permettra de renforcer les actions en justice.

Elle a également pour objet de contribuer à la réflexion sur une stratégie globale contre les pesticides afin d’obtenir la réparation des dommages causés par ces produits toxiques aux humains, à la faune, à la flore et aux ressources naturelles. Elle a pour objectif final l’interdiction des pesticides qui mettent en péril la santé humaine et l’environnement.

Inscription par mail

Validation de votre inscription après versement sur le compte suivant :

ASN: NL73ASNB0706906845 en indiquant votre nom et prénom,merci

tarif adhérent de Français du monde adfe: 6€

tarif normal: 8€

Nous vous accueillons à partir de 19h45 au Studio Loos De Constant Rebequeplein 20B à La Haye.

Événement en partenariat avec Français du monde adfe Pays-Bas, la Librairie Nomade et Nous voulons des coquelicots Pays-Bas

Merci de partager :

A la Une de novembre

BIOjolais primeur La Haye, Marche mondiale pour le climat Amsterdam, RDv resto Delft, Un arbre pour le climat et la kermesse francophone et d’autres informations qui vous concernent
Lire la suite

Merci de partager :

À la une d’octobre

Lettre d’Information de Français du monde adfe Pays-Bas n°10 octobre 2015

Au contenu: Mobilisation autour du changement climatique et la pauvreté à Amsterdam , Soirée Halloween et BIOjolais primeur à La Haye, RDV café à Amersfoort, Modèle de lettre pour le remboursement de la CSG-CRDS et Moments forts de notre section avec le déroulement de notre AG et notre pique nique citoyen de rentrée.

Lire notre lettre d’info

3 octobre 2015 Comments are off patriciamoerland
Merci de partager :

Le premier pique-nique citoyen en collaboration avec Ecorevolte

pique-nique-citoyen-fdm-ecorevolte-17

Dans le cadre de nos rendez-vous citoyens, nous nous sommes associés avec la coopérative Ecorevolte pour organiser ce pique-nique convivial de rentrée, auquel une trentaine de personnes a pris part.

Catherine Libeaut, Présidente de Français du monde adfe Pays-Bas et Michel Caes, co-fondateur d’Ecorevolte, ont tenu conférence sur le changement climatique ainsi que sur les bonnes pratiques alimentaires.

Au banquet de ce dimanche ensoleillé du 20 septembre 2015 : du bio et rien que des aliments frais au milieu du jardin et des ruches. Michel Caes, avait pris soin d’aller « faire son marché » auprès de producteurs Néerlandais locaux de fruits, de légumes et de fromages. En tant que boulanger, les miches croustillantes de Michel ont accompagné nos copieuses assiettes ; jus et vins bio sont venus arroser le repas.

Christophe Chaplet, le troubadour de la chanson française aux Pays-Bas, nous a proposé d’entonner un répertoire francophone au son de sa guitare, avec un hommage appuyé à Guy Béart qui vient de nous quitter.

Vous souhaitez participer à l’aventure Ecorevolte, découvrir des éco-gestes et apprendre à mieux vous nourrir ? Alors rendez-vous sur la page Facebook de la coopérative.

Y-a-il des pauvres aux Pays-Bas ?

Premier Rendez-vous Citoyens dans les locaux d’ATD Quart Monde jeudi 19 février 2015

RDV citoyen Français du monde - atd quart monde pays-basPrès de 40 personnes se sont serrées au rez-de-chaussée d’ATD Quart Monde, à La Haye le 19 février dernier, pour participer au premier rendez-vous citoyen organisé par Français du monde-adfe en partenariat avec ATD Quart Monde Pays-Bas (1) , et consacré à la question de la visibilité de la pauvreté aux Pays-Bas. Cette forte participation de la communauté francophone nous encourage à programmer d’autres rencontres concernant des sujets de société.

« Y a-t-il des pauvres aux Pays Bas ? » C’est par cette question à la fois naïve et provocatrice que nous avions choisi d’aborder la question de la pauvreté aux Pays Bas. En effet, si près de 8% des 17 millions d’habitants du pays vivent sous le seuil de pauvreté, selon la dernière étude SCP (2) , cette dernière n’est pas visible. Cette invisibilité est frappante pour celui qui arrive des grandes villes de France, et notamment de Paris, dans lesquelles les personnes sans domicile attirent le regard.

Pourquoi ne voit-on pas ou si peu de personnes sans domicile dans les rues de la Haye ? Est-ce parce que la société néerlandaise est plus intégrante et plus égalitaire que la société Française ? Est-ce parce que le système d’aides sociales est plus généreux ? Ou au contraire est-ce parce que l’Etat Néerlandais est plus coercitif concernant la mendicité ?

C’est avec ces questions que nous avons accueillies les deux intervenantes d’ATD Quart monde Pays-Bas : Annelies Neutel et Anneke van Elderen. Christine Béhain, co-organisatrice de ce rendez-vous citoyen et membre du Conseil d’Administration de Français du monde-adfe, a aussi contribué à la vivacité des débats. Toutes les trois sont engagées depuis plus de 20 ans dans la lutte contre l’injustice de la misère.

Quelles sont les raisons pour lesquelles, on croise si peu de personnes sans domicile dans les rues ? Tout d’abord, il existe de nombreux centres d’hébergement d’urgence et les personnes sans logement peuvent avoir droit à une allocation. De plus, chaque commune a la responsabilité de la lutte contre la pauvreté sur son territoire. Parallèlement, il est interdit sur l’ensemble du territoire néerlandais de dormir dans la rue, mendier ou encore se regrouper dans un lieu public sans autorisation. Même le fait de donner de l’argent à une personne qui mendie est passible de sanction. « De plus en plus de personnes vivent donc cachées, à la campagne, dans les bois, les églises, les hangars. » Anneke et Annelies témoignent de l’extrême isolement et insécurité dans lesquels sont acculées à vivre certaines familles qui, malgré tout, font preuve de beaucoup d’ingéniosité et de résistance en se fabriquant par exemple une cabane dans un bois, voire un terrier, habitable et discret.

(suite…)