Rencontre autour d’un déjeuner sur l’herbe

Dimanche dernier (5 juin), il s’est passé quelque chose qui n’est pas inhabituel mais qui reste toujours très (agréablement) surprenant : Après des semaines de prévisions / conditions météorologiques désastreuses, le soleil a pointé le bout de son nez avant de s’installer confortablement dans le ciel Amstellodamois. Et heureusement, car Dimanche dernier était aussi le jour où nous organisions notre Pique-Nique Francophone à Amsterdam.
Au programme ? Des français et francophiles venus de tous les Pays-Bas pour se rencontrer autour d’un déjeuner sur l’herbe.
Tout le monde a joué le jeu et a apporté des plats et des boissons à partager : Quiches, salades toutes fraîches, grillades, desserts… Nous nous sommes régalés !
La foule était très hétérogène et c’est tant mieux : Des familles avec leurs tous petits (et plus grands), des étudiants venus en stage et / ou pour découvrir la ville et des locaux aguerris qui avaient envie de goûter un peu de convivialité française.
Le « pique-nique » a continué jusque tard dans l’après midi, se transformant en apéro improvisé.
Il nous tarde de vous retrouver tous pour un nouvel évènement tous ensemble !

Chloé Genovesi-Dubois
Photo de Vincent Némo

15 déc. 2015 – Action Emploi et Entrepreneuriat à Rotterdam

Une vingtaine de personnes s’étaient inscrites à l’événement réservé à la thématique « Trouver sa voie dans l’emploi ou l’entrepreneuriat en expatriation », selon le modèle imposé de l’interaction par le mind-mapping, sous l’impulsion de Lucie et Patricia.

« La dynamique », comme nous l’appelons, a permis d’échanger sous la forme d’un brainstorming  ensuite synthétisé par un rapporteur, en sous-groupes, auprès de l’ensemble des participants.
Nous avons passé au crible tous les aspects du vécu des internationaux francophones en évolution professionnelle aux Pays-Bas : interculturel, intégration, valeurs, réseau, clichés, contraintes, projet, marché, concurrence. Les sujets étaient multiples et étayés par de nombreux échanges et conseils.

Du tout nouvel arrivant à celui et celle installés depuis 20 ans et plus dans le pays, les sous thématiques dégagées ont été décortiquées :

  • Survie en expatriation,
  • Adaptation aux Pays-Bas,
  • Stratégies de recherche d’emploi,
  • Facteurs de succès dans l’entrepreneuriat.

Nos invités, Françoise Kably (sophrologue), Pascal Vatasso (hypnothérapeute), Magali Toussaint (coach de carrière et interculturel) ont également partagé leur riche expérience d’expatrié et distillé de précieux conseils dans leur expertise.

Venus de Rotterdam, La Haye, Delft, Utrecht et Amsterdam, les participants ont pu réseauter à la fin de ces presque trois heures de rencontres fructueuses.

Animation bénévole : Lucie Cunningham (Consultante auprès des expatriés), Patricia Moerland (Consultante en entrepreneuriat).

Merci de partager :

A la Une de novembre

BIOjolais primeur La Haye, Marche mondiale pour le climat Amsterdam, RDv resto Delft, Un arbre pour le climat et la kermesse francophone et d’autres informations qui vous concernent
Lire la suite

Hommage à Geneviève de Gaulle

Voyage vers Ravensbrück.

Ce n’est pas sans émotions et angoisses que j’ai accepté l’offre de François Phliponeau, volontaire à la Photothèque du Centre International Joseph Wresinski, de venir me prendre à La Haye pour aller ensemble au 70 ans de la libération du Camp de concentration de Ravensbrück, en Allemagne. François transportait dans sa voiture la partie de l’exposition “Femmes d’avenir” consacrée à Geneviève de Gaulle Anthonioz. Une exposition en l’honneur de deux rescapées du Camp de concentration Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle Anthonioz qui entrent ensemble au Panthéon. Ces deux grandes résistantes et amies, membres de l’Association des Déportées et Internées de la Résistance se retrouvent ainsi à nouveau unies par cet honneur suprême de leur patrie.

 

Geneviève m’avait plusieurs fois partagé son expérience dans les camps ainsi que la fraternité qu’elle avait éprouvée dans ces épreuves (1). Aussi, le fait que j’aille sur les lieux du camp allait me confronter de visu à cette réalité “qu’il faut accepter de voir, afin de ne pas en prendre son parti”.

 

C’est une confrontation à la mémoire, à une période de l’histoire tellement horrible que l’on préférerait l’occulter. Mais justement notre devoir est de rappeler, de se confronter à cette horreur impensable, à l’inhumanité qu’ont endurée plus de quarante mille femmes de l’Europe, afin que d’ancrer ce “refus de l’inacceptable” dans nos vies et nous engager toujours plus à œuvrer pour l’humanité.

Redites? Paroles fades ou faciles… Ou paroles d’une actualité brûlante? Acceptons de voir dans le monde d’aujourd’hui toutes les situations d’oppression, d’atteinte à la dignité de la personne, quel qu’elles soient, et engageons nous à dénoncer sans merci tout abus, tout irrespect, afin de créer un vrai courant en faveur du respect de l’humain et de la démocratie. C’est de cette façon que nous pouvons aujourd’hui faire Mémoire, pénétrés du passé et résolument tournés vers l’avenir, comme Germaine et Geneviève nous en donnent l’exemple.

 

Toutes les deux étaient des résistantes, l’une par l’usage de la science, l’ethnologie, l’autre par sa connaissance des rouages de la politique et sa pugnacité dans son combat auprès du père Joseph Wresinski fondateur d’ATD Quart Monde.

 

Quel est le lien entre Geneviève de Gaulle et Joseph Wresinski? Un jour, à une de ses amies, Madame de Briançon, lui propose de rencontrer le père Joseph Wresinski. Arrivée dans le camp de Noisy le Grand, c’est le choc. Elle y retrouve les regard éteints qu’elle avait vu à Ravensbrück, l’odeur des vêtements mal lavés, mal séchés: “C’était mon odeur” dit-elle dans le film le chemin d’Espérance de Claire Jeanteur. Elle y retrouve l’inhumanité qu’elle avait cherché à laisser au passé. Tout revient en bloc. Elle ne peut en prendre son parti. Elle propose tout de suite ses services au père Joseph Wresinski. C’est le début d’un long engagement au sein du Mouvement ATD Quart Monde, dont trente quatre ans en tant que Présidente d’ATD Quart Monde en France.

C’est lorsqu’elle était dans l’exercice de cette responsabilité que j’ai eu l’honneur d’être sa secrétaire de 1995 à 2000, années au cours desquelles fut votée la loi d’orientation contre les exclusions, en 1998. Années intenses en rebondissements que l’on peut lire dans le livre auquel j’ai aussi apporté une contribution “Le secret de l’Espérance”.

La dernière fois que j’ai vu Geneviève peu de temps avant qu’elle ne nous quitte, je voulais l’honorer en lui assurant que je continuais le combat. De son lit de malade, si frêle et si forte à la fois, elle eut cette phrase d’ultime Résistante: “Mais, moi aussi!” m’a t’elle répondu avec un beau sourire.

Christine Béhain

Volontaire ATD Quart Monde Pays-Bas

Membre du Conseil d’Administration de Français du monde adfe Pays-Bas

Eindhoven, février – Action Emploi et Entrepreneuriat

Eindhoven - Action Emploi Entrepreneuriat - Français du Monde Pays Bas

La « double session » Action Emploi et Entrepreneuriat s’est déroulée le 10 février 2015 de 11h00 à 15h00 à l’hôtel Hampshire, au coeur du centre ville d’Eindhoven. Compte tenu de la distance qui nous sépare des régions du Brabant et du Limbourg, nous avons proposé aux participants un concentré de notre programme habituel.

En 4 heures pour se positionner et bâtir sa stratégie dans l’emploi et l’entrepreneuriat, Marie Dewulf et Patricia Moerland assistées par Catherine Libeaut, ont mis les bouchées doubles pour leur programme gratuit et bénévole à l’intention de 15 participants ouverts, très enthousiastes et reconnaissants du déplacement.

Il est vrai que la demande est forte, compte tenu que, selon les dires des participants, la proposition de postes est bien moindre autour d’Eindhoven que dans le Randstad : zone située dans le triangle Amsterdam, Utrecht, Rotterdam, où se concentrent la plus grande densité de population et d’entreprises des Pays-Bas.

Anciennement ou tout nouvellement arrivés aux Pays-Bas, nous avons partagé nos expériences d’expatriés ou de résidents, en abordant :

  • démarches administratives,
  • efficacité dans la recherche d’emploi,
  • approche des recruteurs,
  • image sur les réseaux sociaux,
  • sensibilisation à l’entrepreneuriat,
  • approche modélisée du marché,
  • survol de la création d’entreprise

Les quatre heures « marathon » ont en effet été à peine suffisantes pour approfondir toutes ces thématiques. Pendant la pause de midi networking, nous avons profité de la présence enrichissante de nos contacts des Francofilous sur place : Vincent Merck et Sandra Teskeredzic, elle-même organisatrice et participante à l’atelier ; une occasion de réseauter pendant trois quart d’heures autour de plats à emporter.

Que sont venues chercher ces quinze personnes d’Eindhoven mais aussi de Nimègue et d’Amsterdam ?

Comme au cours des cinq sessions précédentes, nous avons principalement affaire à des personnes issues de l’enseignement supérieur avec pour principales motivations :

  • la recherche d’un emploi sans le néerlandais, pour les nouveaux arrivants,
  • la recherche d’un nouveau poste suite à une restructuration d’entreprise ou un besoin de changement,
  • la nécessité d’une démarche adaptée au marché néerlandais,
  • une approche structurée du marché pour entreprendre à très court ou moyen terme,
  • ou comme Thierry Guérin, la présentation d’un produit en pré-lancement.

Par ailleurs, tous sont venus chercher l’occasion de faire de nouvelles rencontres, et certains de nous livrer :

Si on avait eu ça, quand on est arrivés ici, on aurait moins galéré !

Merci à vous chers participants, Français du monde – adfe Pays-bas prend note, à très bientôt.