Sauvons l’environnement, partageons une voiture

Avec la COP21 ayant fini sur une maigre déclaration d’intention générale, ce sera de plus en plus aux citoyens ‘ordinaires’ de faire un geste pour l’environnement. Ce geste pourrait concerner la voiture, source importante de pollution. Cette voiture, on pourrait par exemple la partager. Pour cela il existe plusieurs formules. Inventaire.

Si moins de gens possédaient une voiture, on s’en servirait moins, c’est évident. Oui mais, voilà, une voiture c’est parfois bien pratique. Et la location de voiture classique, c’est onéreux. Pour résoudre ce dilemme il existe aux Pays-Bas plusieurs options.

Le plus connu et le plus grand aux Pays-Bas, c’est Greenwheels qui frôle les 70% de parts de marché. L’entreprise a démarré en 1995 avec trois voitures à Rotterdam pour en gérer actuellement 1700 sur tout le territoire néerlandais. La formule semble efficace pour diminuer l’usage de la voiture.

Le mode d’emploi ? D’abord on s’inscrit pour un abonnement, en choisissant la formule de son choix. Avec son smartphone ou son ordinateur on réserve une voiture Greenwheels près de chez soi pour une durée déterminée (si nécessaire on peut souvent prolonger ce temps de réservation). La voiture se trouve sur une place réservée, où on la rendra en fin de réservation. Pour faire le plein on utilise une carte spéciale qui se trouve dans la voiture.

Le prix d’une location dépend du nombre de kilomètres roulés et de la durée de réservation. Le prix par kilomètre et par quart d’heure dépend de l’abonnement choisi initialement et du type de voiture utilisé. Chaque mois on reçoit une facture encaissée automatiquement.

Les usagers de Greenwheels se disent en général satisfaits. Pourtant il y des alternatives.
ConnectCar fonctionne comme Greenwheels, mais la société est bien plus petite, son réseau ne couvre que le Randstad, avec une tarification parfois légèrement avantageuse. La société rotterdamoise Witkar, qui fait partie du même groupe que ConnectCar, a opté pour un système qui ressemble à celui des Autolibs à Paris. Avec une application smartphone on recherche une voiture Witkar (des Smart Forfour) qui est disponible près de chez vous, pour l’instant uniquement à Rotterdam. Avec le smartphone on ouvre la voiture, on s’en sert, et après usage on la gare dans Rotterdam.

La location de particulier à particulier, sorte d’AirBnB pour voitures, est en pleine expansion. Au niveau national il y a entre autres MyWheels et Snappcar, qu’on peut utiliser pour trouver une voiture que quelqu’un d’autre met à votre disposition contre participation financière. Intéressant, mais tout dépend de la disponibilité quelque peu hasardeuse de la voiture qu’il faut, là où il le faut.
Finalement, on peut se contenter de juste une place chez quelqu’un, ce que propose Blablacar. Comme le bon vieux stop, mais organisé et payé.

Quand on veut vraiment partager, il y a donc l’embarras du choix. A vous de choisir….

Par Marcus Vermeij

Liens :

Greenwheels : https://www.greenwheels.com/

ConnectCar : http://www.connectcar.nl/

Witkar : http://www.witkar.nl/

Vereniging voor Gedeeld Autogebruik : https://deelauto.nl/

MyWheels: https://mywheels.nl/

SnappCar: https://www.snappcar.nl/

Blablacar: https://www.blablacar.nl/

Photo: Une voiture Greenwheels en route

(https://www.greenwheels.com/sites/default/files/styles/content_image_620x298/public/images/basic/greenwheels_up_windmolen2_0.jpg?itok=tpbV_rXJ)

Venez fêter cette nouvelle année 2016

Pour fêter ensemble cette nouvelle année 2016, notre section vous convie à participer à la traditionnelle galette des rois à la résidence de France à Amsterdam de 15h à 17h30.

Participation :

  • adhérent: 8 €
  • sympathisant: 10 €
  • enfant (moins de 12 ans) : 5 euros

Paiement à effectuer sur le compteTriodos IBAN: NL89 TRIO 0390 2003 36

en précisant vos coordonnées, le nombre de personnes et galette des rois 2016

Un petit cadeau sera offert à celles et ceux qui auront la fève !

Prière de vous inscrire avant le jeudi 7 janvier 2016 via le formulaire

se munir d’une pièce d’identité, merci.

Au plaisir de vous retrouver pour la galette des rois le dimanche 10 janvier

Contact : Christophe Chaplet au 06 34 84 81 96

 

Se retrouver autour d’un moment convivial

Vendredi 20 novembre, le Biojolais nouveau est à l’honneur. Ce moment convivial autour du vin et de la langue française est organisé par Français du monde adfe avec l’Alliance Française de La Haye. Catherine Libeaut, présidente de l’association Français du monde adfe et conseillère consulaire, présente la soirée.

Cette soirée va se tenir dans un contexte de deuil et de fortes émotions collectives mais elle aura bien lieu ?
Oui la soirée Biojolais va avoir lieu quand même. On ne va rien oublier mais on va faire la fête ensemble pendant deux heures, penser à autre chose, ça va nous faire du bien. On est tous victimes qu’on soit Français, Libanais, Russe, Turcs, Syriens…. Depuis samedi, on est sur la brèche, on est au cœur de tout cela. Il faut écrire des communiqués, répondre à la communauté française qui appelle pour avoir des informations. Le mot d’ordre c’est de rassurer et de continuer à vivre.

Est-ce la première fois que La Haye fête le Biojolais nouveau ?
Non, c’est la troisième année. C’est à l’origine une demande de l’Alliance française pour faire se rencontrer des Français et des élèves néerlandais qui apprennent le français. C’est un contact en français autour d’une festivité.

Cette année, le bio est à l’honneur ?
Oui j’ai eu un contact en 2013 en Belgique avec quelqu’un qui organisait là-bas un Biojolais. J’ai trouvé l’idée vraiment sympa, j’ai contacté le producteur de ce Biojolais primeur en Bourgogne. C’est lui qui nous livre le vin ici aux Pays-Bas. En France, le beaujolais nouveau arrive traditionnellement le 3e jeudi du mois de novembre.

Quel est le principe de cette manifestation culinaire et culturelle ?
Se retrouver autour d’un moment convivial. C’est un rassemblement entre Français, Francophones et Francophiles. On va boire du vin, manger du pain de chez Michel, des rillettes, du pâté et du fromage produits ici dans une ferme bio. Faire découvrir d’autres saveurs aux Néerlandais. On va écouter de la musique avec la pianiste de jazz Pili et Christophe Chaplet qui va chanter des chansons traditionnelles, Brel, Brassens, Boby Lapointe.

Pour la première fois, la manifestation va se dérouler à la Résidence de France. Y a-t-il des consignes de sécurité particulières ?
Oui mais ce sont des conditions qui existaient avant les attentats, depuis le mois de janvier on est dans cette dynamique. Les gens doivent s’inscrire par mail, on doit avoir leur nom. Le chef de la gendarmerie sera sur place pour vérifier les identités.

Uniquement sur inscription nominative avant  jeudi 19 novembre.

par mail : info@aflhaye.nl  ou par tel: 070 362 1523

Anne Leray, journaliste
La Haye des arts, L’actualité culturelle pour les francophones à La Haye et aux Pays-Bas


 

«Dans toutes les larmes s’attarde un espoir.» Simone de Beauvoir

Dispositif français à Amsterdam

Point sur la modernisation du dispositif français à Amsterdam

De longue date, la France a décidé de vendre l’Hospice wallon qui abrite les locaux de notre Consulat général à Amsterdam et de l’Institut Français des Pays-Bas. Ce bâtiment ne répond plus aux besoins de la France dans la capitale néerlandaise, ni ne renvoie, dans son état actuel, une image satisfaisante de notre pays. De même, dans le monde ouvert qui est le nôtre, l’intérêt de la France est que l’argent public soit dépensé à stimuler les contacts entre les acteurs de notre relation culturelle plutôt qu’à la remise en état d’un bâtiment.

De surcroît, la cession de cette propriété de l’Etat français ne s’accompagnera d’aucun désengagement de la France :
- les services du Consulat général seront relocalisés à Amsterdam, dans des locaux plus accueillants pour le public et plus sûrs. Il en résultera une amélioration de la qualité du service pour les usagers et des conditions de travail pour les personnels ;
- l’action d’influence de la France aux Pays-Bas sera adaptée à une ville et à un pays où l’offre culturelle de haut niveau doit d’abord nous inciter à favoriser les partenariats entre institutions françaises et néerlandaises. L’argent public sera principalement investi dans des actions concrètes, alors qu’il sert trop, aujourd’hui, à financer des frais de structure. Il en découlera une action plus dynamique, plus adaptée et plus efficace au service des relations culturelles entre la France et les Pays-Bas, comme de la francophonie.

Ces changements seront conduits en totale transparence avec les élus et les personnels concernés. Les projets de l’ambassade ont déjà fait l’objet de plusieurs réunions avec les conseillers consulaires et dans le cadre du dialogue social.

Au total, la cession de l’Hospice wallon devrait s’accompagner d’une modernisation du dispositif français, dans le sens de l’efficacité et d’un rayonnement renforcé de la France aux Pays-Bas.

Suivi du dossier Hospice wallon / Maison Descartes

Maison Descartes: pour que l’action culturelle de la France perdure aux Pays-Bas,

pour que les services du Consulat Général de France restent localisés à Amsterdam

À l’attention de la communauté française, francophone et francophile des Pays-Bas

Mesdames et messieurs,

Nous souhaitons vous informer de l’état d’avancement du dossier  « Hospice wallon-Maison Descartes », bâtiment qui abrite

l’Institut Français et le Consulat Général de France à Amsterdam :

• son état est tel que la rénovation est malheureusement inenvisageable compte tenu des budgets actuels de la France et nous sommes les premières à le regretter,

• il s’agit d’un complexe autrefois prestigieux mais actuellement dans un état si déplorable qu’il est une vitrine indigne de la France,

• toutes les options de « sauvetage » du complexe immobilier qui sont encore avancées à ce jour ont déjà été étudiées et écartées au cours des dernières années,

• le processus de vente est acté depuis janvier 2014 et la sélection d’un agent immobilier est engagée.

Nous travaillons actuellement sur une nouvelle solution pour que l’action culturelle de la France perdure aux Pays-Bas sans qu’elle ne soit conditionnée à la sauvegarde de l’Hospice wallon.

Il en va de même pour nous assurer de la continuité des services consulaires pour le mieux de toute la communauté.

Nous vous garantissons que nous faisons preuve d’une vigilance particulière quant aux personnels concernés par cette transaction et à l’opération immobilière en elle-même.

Nous avançons de manière positive et pragmatique, en bonne intelligence avec le Consulat, l’Ambassade et l’Institut Français ainsi qu’avec la représentation politique des Français de l’étranger.

Vous trouverez ci-après un récapitulatif  de notre dernière réunion avec l’ambassadeur à ce sujet.

Nous restons naturellement à votre disposition par mail pour tout renseignement et nous tenons à vous assurer de notre engagement sans faille sur ce dossier sensible.

Bien cordialement,

Amsterdam le 2 avril 2015

Catherine Libeaut, conseillère consulaire, vice-présidente du conseil consulaire

Hélène Degryse, conseillère consulaire

Hélène Le Moing, conseillère consulaire et AFE du Benelux


Projet de vente de l’Hospice wallon-Maison Descartes/Compte-rendu de réunion du 2 février 2015 avec l’ambassadeur et les conseillers consulaires.

Notre ambassadeur nous a présenté un projet du devenir des différents services de l’Institut français des Pays-Bas dans le cadre de la future vente des bâtiments :

  • Délocalisation du fond de livres de la médiathèque de l’Institut français des Pays-Bas à la bibliothèque municipale d’Amsterdam
  • La fermeture du centre de cours de français de l’Institut français des Pays-Bas ; en parallèle, l’Alliance française des Pays-Bas a été sollicitée pour travailler à un projet de nouveau centre de cours de français et la création d’une alliance française sur Amsterdam.
  • Le service culturel serait redéployé en partie sur La Haye (conseiller culturel et équipe de coopération universitaire et scientifique) et sur Amsterdam (attaché culturel)

La sélection d’un agent immobilier est engagée et en ce qui concerne la relocalisation des services consulaires, le consulat recherche de nouveaux locaux sur Amsterdam (achat ou location).

Notre ambassadeur tient à nous réunir régulièrement sur les avancées de ce projet de vente autant que du suivi des actions et des stratégies à mettre en place qui en découleront.